Administration du vaccin anti-Covid : Vers un boycott du processus ?

 

L’enthousiasme de la classe politique pour le vaccin anti-Covid semble loin d’être partagé par la population si la croissance de la réticence à son administration constatée dans plusieurs pays  devait faire foi. La méfiance face à ce précieux sésame gagne du terrain  au rythme de la bataille politique pour son acquisition.

Cet obstacle majeur conjugué à la difficulté d’approvisionnement des firmes pharmaceutiques  vient exacerber la polémique autour de la pandémie. Ce qui sans nul doute,  impactera négativement sur l’aboutissement de la lutte contre la maladie.

La polémique autour de la maladie à corona virus, devenu une pandémie est loin de faiblir. Au-delà  du doute sur son origine et sa véracité ainsi que l’incertitude sur la capacité des laboratoires pharmaceutiques à satisfaire la demande, la réticence de la population et certains éléments du corps médical  à l’administration du vaccin fait désormais partie des obstacles qui se dressent sur la route de la lutte contre la pandémie du Covid 19 qui continue de faire des ravages dans le monde. L’annonce de callot de sang après administration du vaccin Astra Zeneca, loin de rassurer les sceptiques fait planer le doute sur l’efficacité de l’ensemble de vaccins. Malgré les assurances données par l’OMS et l’éclairage fourni par le milieu scientifique, la méfiance face à ce vaccin se propage sur fond de cacophonie. Accueilli avec un certain soulagement par les autorités du Mali, le vaccin Astra Zeneca ne semble pas connaitre un sort différent de celui qu’il connait en Europe et dans d’autres parties du monde.

En effet, plus d’une semaine après sa réception par les autorités du Mali,  le corps médical cité parmi les groupes prioritaires affiche non pas une hostilité mais sa réticence à l’administration du vaccin à cause de son exclusion des démarches qui ont abouti à l’acquisition  du précieux sésame. Cette réticence, justifiée par la frustration n’est-elle pas une façon déguisée du corps médical Malien de dissimuler la méfiance dont fait l’objet le vaccin Astra Zeneca  dans bon nombre de pays ? Quoi qu’il en soit, le démarrage du processus de vaccination n’est pour le moment pas mis en cause cependant, le risque  d’un retard supplémentaire n’est pas à écarter ce qui ne serait pas sans conséquence sur la validité du vaccin.

La rédaction

Source: La Relance

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *